Marilyn Daoust et
Gabriel Léger-Savard

THÉÂTRE ET DANSE CONTEMPORAINE
Territoire: Monde
  • Facebook Le temps des fruits
  • Instagram Le temps des fruits

Marilyn Daoust et Gabriel Léger-Savard possèdent respectivement une dizaine d'années de pratique dans le domaine de la création et de l'interprétation, en danse comme au théâtre. Ce sont des créateur.trice.s ayant pour mission de créer des œuvres allant au-delà la simple rencontre de la danse et du théâtre, pour qu’en émerge une avenue sensible et porteuse de transformation sociale. Pour eux, la seule façon de secouer nos contemporains est de les émouvoir de manière cognitive et indicible. Pour ce faire, elle.il partent de référents communs et de faits concrets pour ensuite basculer dans un univers poétique.

ACTUALITÉS

SPECTACLES DISPONIBLES

 
LE TEMPS DES FRUITS

RÉSUMÉ - LE TEMPS DES FRUITS

Deux.
Face à la fin potentielle de notre civilisation.
Attelés à remodeler les icônes.

Chargées de millénaires de conquêtes, de savoirs anciens, de découvertes, d’angoisses et de déceptions, il faudra déconstruire les stéréotypes qui nous constituent et aspirer à refondre un certain héroïsme pour penser peut-être contribuer à une humanité renouvelée.

Cette proposition pluridisciplinaire, créée par Marilyn Daoust et Gabriel Léger-Savard, s’inspire de legs qui tendent à se perdre dans le cycle de la transmission des savoirs ; les connaissances du ciel, des plantes, les pouvoirs féminins. Bien ancrés dans un rapport direct au public, les deux interprètes naviguent à la frontière du théâtre et de la danse contemporaine. L’oeuvre est soutenue par une conception vidéo, enchevêtrée à l’action scénique de manière organique.

 
L DU DÉLUGE
1.Photo principale_L du Déluge_Crédit photo Julie Artacho_RVB_72dpi_12po.jpg

RÉSUMÉ - L DU DÉLUGE

L du Déluge est une pièce en trois actes dont le fil est Ariane, brisée par l’expulsion hors de la cité-État de son amour, Mazlum. Au cours de cette pièce, construite autour d’un deuil amoureux, on assiste à sa reconstruction à travers une purge et l’affranchissement de son propre monde monstrueux mythologique qui tente de l’aspirer. L’état du monde au début de son histoire est une extrapolation de la direction qu’il prend déjà. Ce monde monstrueux représente bien celui dans lequel nous vivons. Est-ce une dystopie? La ville est une cité-état barricadée, dirigée par une oligarchie. Tout le reste de la terre est à feu et à sang, invivable dû à la sécheresse, la pollution, la crue des eaux et les conflits perpétuels. Les illégaux sont pourchassés, la peur est le pain quotidien et tout ce qui reste à la population ce sont: le travail, les psychotropes et le divertissement inoffensif. En conclusion, Ariane - prise au piège dans cette ville et en processus de reconstruction personnelle - déclenchera le déluge.

 

Tous les personnages, autres qu’Ariane, sont interprétés par les choreutes. Ils représentent des archétypes et des stéréotypes issus d’une fantasmagorie inspirée des grands mythes fondateurs des cosmogonies anciennes, ancêtres de notre civilisation. L’épopée vécue par Ariane se veut le reflet de qui se passe en elle ; un moment transitoire ; un impératif de changement ; mais aussi un moyen de faire basculer la destinée de l’humanité. Ainsi sont nouées les charges symboliques et émotives, vécues et incarnées par l’ensemble du choeur, dans une allégorie de notre avenir collectif.     -- suite page suivante --