top of page
haut de page

FLEUVE | ESPACE DANSE

DANSE CONTEMPORAINE | IN SITU
logo.png
  • Facebook FED
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Vimeo Icône
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Twitter Icon

fleuve-espacedanse.com

Territoire: Monde

La compagnie de danse contemporaine basée à Saint-Jean-Port-Joli, se démarque depuis ses débuts par le travail in situ de sa chorégraphe Chantal Caron qui crée et performe à même la grève du St-Laurent.  La nature et le cycle de la vie sont au cœur des chorégraphies. 

 

Au fil des années, Fleuve | Espace danse a su développer une spécificité chorégraphique en danse contemporaine in situ, se positionnant comme chef de file dans ce créneau au potentiel infini.

ACTUALITÉS

SPECTACLES DISPONIBLES

ÊTRES DE BOIS
êtres de bois

RÉSUMÉ - ÊTRES DE BOIS

Les bois de grèves arrivent par les grandes marées d’automne et du printemps, sur les berges du Saint-Laurent, gorgés d’eau.  Pour la chorégraphe, ils deviennent tout de suite une grande source d’inspiration. Difficiles à manipuler puisque lourds et encombrants, elle y voit rapidement une allusion aux bois des caribous qui ont parfois de la difficulté à faire leur chemin à travers les arbres de la forêt.

 

L’accessoire offre également beaucoup de possibilités et de sens. Ils représentent la force et l’enracinement, tout comme le cervidé qui porte fièrement ses précieux bois. C’est donc à partir de cette image et de la gestuelle en lien avec la forte masse du caribou que s’est dirigée l’exploration chorégraphique.

Dans la chorégraphie, on peut sentir un grand enracinement des interprètes au centre du corps, beaucoup de mouvements de bassin, de jeux de pieds, grands-pliés, des allégories à la reproduction, aux attaques, des mouvements en cercle faisant référence aux déplacements en meutes et l’utilisation des bois comme symbole de beauté, de puissance et de préciosité.

marée noire été
LA MARÉE NOIRE   |  version estivale

RÉSUMÉ - LA MARÉE NOIRE

Inspirée par les enjeux que provoque un déversement de pétrole dans les mers et sur les écosystèmes marins, Chantal Caron revisite les textures, formes et oppositions dans ce spectacle d’une durée de 30 minutes. La performance met en symbiose deux déesses marines captives de la Grande Marée noire. « Un duo de danseuses apparaît comme partie prenante de la nature : curieux doubles terrestres en aqua-méduses originelles. Mouvements ondulatoires, mains-nageoires qui s’agitent, pulsions et contractions des corps, respirations sonores agissent tels l’inspiration d’un souffle ou d’une vague ».  L’accueil des participants s’effectue tel un hommage collectif à la nature environnante dans l’expression de mouvements énergétiques.​​

Le spectacle in situ a été créé sur les berges du fleuve Saint-Laurent, en observant le vent et les marées et tout ce qu’ils transportent; heures, espoirs, algues, oiseaux, épaves, pétrole. Il invite le spectateur à faire l’expérience d’une communion avec la nature, à travers le mouvement et le recueillement. La Marée noire éveille les sens, tout comme le précédent spectacle de Fleuve | Espace danse, Le Souffle de l’aube, qui a connu un vif succès en tournée au cours des quatre dernières années et duquel La Marée noire est le prolongement naturel.  De plus, La Marée noire se veut malléable et adaptable à son environnement; elle se déplace aisément des berges aux rochers, du sable au bitume, de l’hiver à l’été.

Maree_noire_hiver
LA MARÉE NOIRE  |  version hivernale

RÉSUMÉ - LA MARÉE NOIRE  |  version hivernale

Inspirée par les enjeux que provoque un déversement de pétrole dans les mers et sur les écosystèmes marins, Chantal Caron revisite les textures, formes et oppositions dans ce spectacle d’une durée de 30 minutes. La performance met en symbiose deux déesses marines captives de la Grande Marée noire. « Un duo de danseuses apparaît comme partie prenante de la nature : curieux doubles terrestres en aqua-méduses originelles. Mouvements ondulatoires, mains-nageoires qui s’agitent, pulsions et contractions des corps, respirations sonores agissent tels l’inspiration d’un souffle ou d’une vague ».  L’accueil des participants s’effectue tel un hommage collectif à la nature environnante dans l’expression de mouvements énergétiques.

Le spectacle in situ a été créé sur les berges du fleuve Saint-Laurent, en observant le vent et les marées et tout ce qu’ils transportent; heures, espoirs, algues, oiseaux, épaves, pétrole. Il invite le spectateur à faire l’expérience d’une communion avec la nature, à travers le mouvement et le recueillement. La Marée noire éveille les sens, tout comme le précédent spectacle de Fleuve | Espace danse, Le Souffle de l’aube, qui a connu un vif succès en tournée au cours des quatre dernières années et duquel La Marée noire est le prolongement naturel.  De plus, La Marée noire se veut malléable et adaptable à son environnement; elle se déplace aisément des berges aux rochers, du sable au bitume, de l’hiver à l’été.

LE SOUFFLE DE L'AUBE

RÉSUMÉ - LE SOUFFLE DE L'AUBE

Le Souffle de l’aube se tient à la naissance du jour, moment bénis où le soleil redémarre son voyage, réanime les contours, les souffles et les courants. Toute la magie d’un cadeau quotidien à redécouvrir.

 

Les fervents de petits matins et les adeptes en devenir sont invités à commencer ensemble une journée unique en pleine nature avec marche, danse et performance. L’événement se déroule dans un lieu qui rend hommage à la nature environnante.

 

Les spectateurs vivent un hommage collectif, orchestré par Chantal Caron, où se marient les respirations énergétiques de tout le public. Cette expérience avec la chorégraphe leur permet un enracinement profond qui éveillera leurs sens à l’accueil des performances.

 

Le souffle de l’aube, c’est ensuite un trajet immersif dans la lumière montante. En tout, trois performances se tiennent en trois différents lieux. Les spectateurs marchent dans un parcours qui les guide vers les interprètes qui les attendent afin de saluer l’aube.

 

À la toute fin, chacun s’en retourne vivre son train-train du jour et son propre envol jusqu’au crépuscule.

souffle aube
bottom of page